Vous êtes ici:
Publié le: 04/11/2018

Pour l'emploi et l'inclusion

Job_Dating_HDD.jpg

Les actions pour l’emploi et l’inclusion sociale


Le nouveau Plan Départemental pour l’Emploi et l’Inclusion 2017-2019 (PSEI) adopté le 8 décembre 2016, animé par un esprit de solidarité et d’engagement a défini 3 objectifs.

En lien avec l’ensemble de ses partenaires (Pôle emploi, associations, communes, entreprises…) :

  • Premier objectif : aider 10 000 personnes à trouver un emploi durable d’ici 2019.

C’est le travail quotidien des 19 conseillers de l’équipe emploi du Département, en lien permanent sur les territoires avec les entreprises et l’appui de l’ADIRA d’un côté et les allocataires de l’autre.

 

  • Deuxième objectif : proposer d’ici 2019 une voie d’insertion à 6 000 allocataires du RSA.

Cette mesure vise les personnes les plus éloignées de l’emploi, isolées et en voie de désocialisation ; elle s’appuie sur des outils permettant une politique efficace

-> les contrats aidés à volume horaire modulable (contrats aidés de 8 à 16 h par semaine destinés aux allocataires     éloignés de l’emploi),

-> l’accompagnement global mis en place avec Pôle emploi (1 700 personnes éloignées de l’emploi bénéficient     actuellement de cette prestation qui permet de réaliser concomitamment un accompagnement social et     professionnel) 

-> ou encore le développement du volontariat à travers le dispositif des « Volontaires 67 » grâce à des activités à     implication sociale.

 

  • Troisième objectif : agir avec les territoires.

Outre l’association des partenaires de la politique d’insertion, chaque territoire du Bas-Rhin, sous le pilotage des conseillers départementaux, sera mobilisé et proposera les actions et les leviers pour atteindre ses objectifs.

 

La réussite de cette politique se fonde également sur les dispositifs permettant de lever les freins limitant le retour à l’emploi : l’accès à un logement grâce au FSL, l’accès aux droits, l’accès à la santé (prévention, aide au recours et à l’accès aux soins). Cette stratégie s’adresse aux allocataires du RSA ainsi qu’aux jeunes en situation de précarité afin de leur proposer une insertion permettant d’éviter leur entrée dans le RSA : Pass Accompagnement, coordination des dispositifs avec l’Etat et les Missions locales, ...

 

L’Europe au service de l’insertion

 
Pour la période 2015-2020, le Département dispose de 24 Millions d’euros du Fonds Social Européen (FSE).
Objectif : accompagner 20 000 personnes en situation de précarité vers l’emploi.
C’est en partie ainsi que sont financées les actions des structures d’insertion présentées ci-après : ARSEA, équipe emploi du Département, Epiceries sociales.

Appels à projet 2016 du FSE : 59 réponses

C’est nettement plus que les années précédentes et surtout certaines sont très nouvelles :

  • l’association « JEEP », pour le développement de chantiers éducatifs dédiés aux jeunes,
  • l’ARSEA, dans le cadre du volet accompagnement social de l’accompagnement global de Pôle Emploi,
  • la Chambre de Métiers d’Alsace, pour l’accompagnement d’allocataires du RSA travailleurs indépendants exerçant en qualité d’artisans,
  • GALA pour l’accompagnement en hébergement d’urgence,
  • la Mission Locale Nord (Territoire Nord), pour un accompagnement à l’obtention du permis de conduire B.

 

« Sans les fonds sociaux européens gérés par le Département, nous n’aurions pas pu monter une telle action ».

L’association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (ARSEA) qui a été  créée en 1946, intervient auprès des personnes en difficulté, qu’elles soient jeunes, souffrant de problèmes sociaux ou qu’elles soient des personnes en situation de handicap.

Six travailleurs sociaux diplômés ont pu être embauchés en CDI par l’ARSEA pour accompagner vers l’emploi 600 personnes en situation de précarité, grâce à ces fonds européens.
Pour certains Bas-Rhinois proches du monde du travail, il s’agit de les aider à lever certains freins qui les empêchent de pouvoir accepter des offres fermes proposées par Pôle emploi. Pour d’autres, plus en difficulté, l’objectif est de les orienter vers des formations, des chantiers d’insertion…

151 000 euros de fonds sociaux européens ont été alloués à cette action, retenue dans le cadre d’appel à projets du Département.

 

Autre action financée : la colocation coachée pour les jeunes en situation de précarité.

Colocation_arsea.jpg

« L’ARSEA loue des appartements, les jeunes sont en sous-location, ils ont un projet professionnel et ont un référent-coach », explique la chef de service éducatif. Jusqu’à présent, 1 référent à mi-temps gérait 20 jeunes ; avec 30 000 euros de fonds sociaux européens, un équivalent temps plein prendra en charge 40 jeunes, et le dispositif s’étend de Sélestat jusqu’à Erstein, Molsheim et Obernai.


Equipe emploi : une équipe dynamique - RSA : « mettre le paquet » pour l’emploi
6 200 allocataires du RSA placés en emploi durable depuis 2005


En 2015 : 951 ; en 2016 : 1 002

Le Département verse chaque mois en fonction de barèmes fixés par l’Etat (par exemple 536 euros par mois pour une personne seule) le Revenu de solidarité active (RSA), à 25 402 personnes (fin décembre 2016). Le Département du Bas-Rhin va plus loin : il permet à un maximum de bénéficiaires des minimas sociaux de retrouver une place dans le monde du travail. Fin décembre 2016, le nombre d’allocataires du RSA dans le Bas-Rhin a diminué de 3,6 % en un an, alors que, dans le même temps, le chômage a augmenté de 1,5%. Et ce grâce à un accompagnement inédit dans l’entreprise : « Le sur-mesure du Département » à travers la prospection des entreprises, la mobilisation et la préparation des bénéficiaires du RSA par une équipe de 19 conseillers emploi.
Ainsi ce sont 200 000 euros d’économies d’allocation qui sont générés par chaque conseiller emploi, chaque année grâce aux recrutements qu’il permet.

Les 19 conseillers qui prospectent les offres d’emploi, recherchent  les bénéficiaires du RSA pouvant être candidats, les préparent et assurent  un tutorat après la prise de fonction. En 2016, l’équipe a permis à 1 002 bénéficiaires du RSA de retrouver un travail. Pour prendre contact avec les conseillers emploi du Département et pour  toute info : emploi@bas-rhin.fr / 03 88 76 62 60


Un travail partenarial très dense

Campagne_pub_rsa_gare.jpgLe Département, chef de file, mobilise plusieurs partenaires dans son action pour l’insertion et l’emploi: la Caisse d’Allocations Familiales, pour la gestion du RSA, 3 200 entreprises, Communes, Intercommunalités et associations, la Chambre de Commerce et d’Industrie, la chambre de Métiers,  43 structures d’insertion, les missions locales pour l’emploi, Pôle emploi pour l’appui à la recherche d’emploi par les allocataires du RSA, la Région pour la formation et notamment à la langue allemande, l’Europe, avec les Fonds sociaux européens. Ce sont 6 200 mises à l’emploi réalisées depuis 10 ans au sein de plus de 700 entreprises.






Retour à l’emploi grâce à Europa Park

Island_bluefire.jpg

44 allocataires du RSA
ont tenté leur chance en postulant à un emploi chez Europa Park, pour la nouvelle saison du plus connu des parcs d’attraction de la région et au-delà.

Ils ont répondu à l’appel d’Europa Park, début 2016, qui a lancé une grande opération de recrutement de 400 personnes pour venir travailler à Rust de l’autre côté du Rhin, dans des métiers aussi divers que la vente, l’hôtellerie-restauration, la maintenance, l’entretien… C’est l’équipe emploi du Département qui les a préparés.
Comment rédiger son CV, comment se valoriser lors de l’entretien en améliorant ses points faibles et en mettant l’accent sur ses points forts… Il s’agissait, pour les candidats, de mettre le maximum de chances de leur côté. Un acheminement exceptionnel a même été organisé pour certains d’entre eux dépourvus de moyen de transport, par Mobilex, une association partenaire du Département dans le domaine de l’insertion : les entretiens avaient lieu à Rust.
Certains voient dans ces emplois sans prérequis (sauf pour les postes de cuisiniers) l’opportunité de prendre un nouveau départ. D’autres sont séduits par la magie du parc…« Moi, j’aimerais bien travailler dans l’animation… ou être conducteur de manège ! », envisage l’un d’eux.

Les bénéficiaires du RSA retenus ont eu accès à une formation technique aux métiers du tourisme en langue allemande pour faciliter leur intégration.


Du RSA à la titularisation

Depuis deux ans, Laetitia D. est agent polyvalent au collège de Wasselonne. « J’entretiens les salles de classe, le réfectoire, et en cuisine, je prépare les entrées et je fais la plonge ». Avant cela, elle était allocataire du RSA. « J’avais travaillé en restauration, mais quand on élève seule deux enfants, c’est compliqué. Là, avec les horaires, les vacances, c’est idéal ! » Tout n’a cependant pas été facile. Quand sa conseillère emploi du Département l’a appelée, elle n’était pas seule sur les rangs. Elle a d’abord été embauchée en contrat temporaire, avant d’être titularisé dans la Fonction Publique Territoriale. « Il y a eu un départ en retraite, c’était ma chance. J’ai postulé, ma détermination a plu »!


« On avait fait le tour du marché classique »

Coproservices à Saverne emploie 35 personnes dans le nettoyage industriel et l’entretien des espaces verts, principalement. La directrice générale est aussi engagée bénévolement dans le soutien à la création d’entreprises à Initiative Pays de Saverne. « Nous avions fait le tour du marché du travail classique. Une conseillère emploi du Département est venue étudier nos besoins, et a vu chaque candidat individuellement avant de nous les présenter. Nous avons recruté en CDI 3 personnes qui étaient allocataires du RSA. Deux d’entre elles sont toujours chez nous. L’une d’entre elles n’avait pas travaillé depuis 20 ans pour élever ses enfants, mais elle avait vraiment envie de reprendre un emploi. Parfois, on recrute des personnes en activité et cela ne se passe pas bien. Avec notre conseiller emploi, nous avons un interlocuteur qui connaît maintenant bien nos métiers et notre fonctionnement ».

 

 Les élus départementaux et les fonctionnaires du Département solidaires

Pour la 4ème année consécutive, les conseillers départementaux et plus de 180 agents départementaux ont participé dans de nombreux supermarchés à la collecte organisée par la Banque alimentaire le samedi 26 novembre 2016. Les 256 heures effectuées ont été versées sur un compte épargne temps solidaire pour permettre à des collègues de passer plus de temps aux côtés de proches (conjoint, enfant) gravement malades ; ce compte a également permis à des agents qui ont été, à titre personnel, victimes des inondations de juin dernier de pouvoir s’absenter pendant quelques jours pour faire face aux problèmes rencontrés.

 collecte_banque_alimentaire_2.jpg

Le Département du Bas—Rhin recrute dans les publics en insertion vers la vie active

La collectivité a développé une politique volontariste en faveur des jeunes et en matière d’insertion professionnelle.  Le Département  participe chaque année à la « Nuit de l’orientation et de l’apprentissage » organisée par la CCI du Bas Rhin.

Un « civic dating » est organisé tous les ans par le Département du Bas-Rhin pour le recrutement de jeunes en service civique au sein de ses services : 41 jeunes ont effectué en 2016 un service civique dans les services du  Département.
Le Département est également un partenaire important pour l’insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA ou des personnes en recherche d’emploi : 98 contrats d’accompagnement à l’emploi (CUI-CAE de 20 heures) accueillis en 2016 dans les services. En 2016, 277 stagiaires école et 27 apprentis ont également été accueillis.

L’économie sociale et solidaire : Schiltigheim, les bonnes feuilles des Ecrivains

Plateforme_dechets_schiltigheim.jpg

17 organismes de 5 pays
(Espagne, Chypre, Slovaquie, Belgique et France) ont travaillé à la mise en place de chantiers d’insertion dans le domaine de la valorisation des déchets dans le cadre du fonds européens PROGRESS; c’est ainsi qu’a été créée la plate-forme de valorisation des déchets de Schiltigheim.

L’entreprise d’insertion et adaptée La Régie des Ecrivains de Schiltigheim, a coordonné tout le projet. « La Régie fait beaucoup d’entretien d’espaces verts. A l’arrivée : des centaines de tonnes de déchets verts, dont le traitement représentait un coût élevé pour l’association. L’idée de les valoriser nous-mêmes tout en faisant de l’insertion a germé », dit le directeur adjoint de la Régie qui indique que 3 personnes en insertion, tous bénéficiaires du RSA, travaillent aujourd’hui sur cette plate-forme de valorisation qu’ils ont construite de leurs mains. « Ils montent en compétences grâce à une formation que nous avons créée de toutes pièces avec nos partenaires européens : rien n’existait jusque-là pour les personnes peu qualifiées », explique la directrice de la Régie.

Ce projet a généré près de 20 000 € de recettes européennes pour le Département et a fait émerger de nouvelles pistes d’actions sur les territoires :

  • Mise en œuvre de la procédure de la certification du métier Opérateur de tri et de valorisation auprès des autorités de certification nationales ;
  • Participation à la création d’une structure ad hoc « Les Appuiculteurs » pour l’accompagnement d’émergence de projets innovants sur un territoire ;
  • Les jardins, supports d’animation éducative sur le site des Tanneries à l’Unité territoriale d’action médico-sociale Sud ou le jardin, terrain d’insertion sociale et professionnelle à la Maison du Conseil Départemental à Bischheim.

Des agents de différents services départementaux ont apporté leur expertise nécessaire à la création de la plateforme : avis techniques sur les process de valorisation des déchets organiques, rédaction de fiches de poste, référentiels métiers, recrutements d’allocataires du  RSA

Le Contrat d’Engagement Civique (CEC), devenu « C’est des Volontaires » permet à des personnes en difficulté, notamment à des allocataires du RSA qui sont volontaires, de s’impliquer dans la vie associative.

Soiree_Lancement_Service_Civique.jpg
Ce contrat s’adresse notamment aux publics fragiles et volontaires (notamment les Allocataires du Revenu de Solidarité active dans le dispositif depuis plus de 4 ans) et leur propose de s’engager bénévolement au sein d’associations. Il s’agit de créer une nouvelle voie d’insertion pour les publics éloignés de l’emploi en soutenant l’estime de soi et le lien social. Il est fait appel aux associations et à tous les acteurs de l’insertion pour proposer des actions de bénévolat.

Ce dispositif est expérimenté, concrètement, depuis le mois d’avril 2016 avec la Ligue d’Alsace de Football Amateur (LAFA), les présidents des clubs, avec l’appui des services du Département la mission éducation, sport et jeunesse et les opérateurs des ateliers passerelles de l’association l’Atelier dont le siège est à Strasbourg.

Le contrat d’engagement civique est un dispositif qui a été proposé dans le cadre des Assises de l’Engagement.

 

Les épiceries solidaires

Epicerie_Sociale_2.jpg
Les épiceries sociales s’adressent aux personnes en difficulté (allocataires de minima sociaux, jeunes, personnes âgées, travailleurs précaires…) qui sont orientées principalement par les services sociaux et les CCAS. Elles leur apportent une aide alimentaire temporaire en permettant l’achat, à 10% de leur valeur, de produits alimentaires et d’hygiène de première nécessité. Les économies réalisées sont destinées à apurer une dette ou régler une facture, dans le cadre d’un accompagnement individuel et collectif.

Dans le Bas-Rhin, 17 épiceries sociales sont cofinancées par le Département, pour une enveloppe globale annuelle de  191 622 euros en 2016. Elles fonctionnent au quotidien grâce à 34 salariés (19 équivalent temps plein) et plus de 450 bénévoles. En une année, 525 tonnes de denrées alimentaires et de produits d’hygiène sont proposés aux 3 150 familles ayant accès à leurs espaces de vente. Au total, plus de 8 570 personnes ont bénéficié de ce dispositif.

Exemple : l’épicerie sociale Le Pain du partage à Geispolsheim, gérée par Caritas Alsace. Dans cet ancien cabinet d’esthétique discret, à la sortie de l’agglomération, plus de 40 familles viennent chaque semaine se fournir en produits alimentaires et ménagers.

 

Non à la misère

A l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère, le 17 octobre 2016, le Département et ses partenaires ont ouvert 44 permanences d’accueil, d’information et d’accompagnement partout dans le Bas-Rhin. L’éducation budgétaire, la consommation, le surendettement et le microcrédit social ont été au centre des échanges avec les visiteurs.

Une attention particulière a été accordée aux jeunes : 63% des 18-25 ans Bas-Rhinois sont surendettés. Lancement annoncé d’un programme d’ateliers de sensibilisation sur toute l’année 2016 qui leur est spécialement destiné.

Le comité de concertation des usagers du RSA a formulé plusieurs propositions en 2016

Crée en octobre 2014, ce Comité vise à mieux connaître les attentes des bénéficiaires, leurs besoins et les difficultés qu’ils peuvent rencontrer sur des thèmes tels que le logement, la santé, l’insertion et l’emploi. Il est composé de 23 volontaires allocataires du RSA, demandeurs d’emploi ou salariés en insertion. Les séances de travail sont animées par trois associations partenaires. En 2016, le Comité de concertation a formulé des propositions de simplifications de courriers type destinés aux Allocataires du RSA et pris part à l’élaboration du PDEI, certaines suggestions ont été prises en compte.

4 200 contrôles en 2016

Depuis 2013, le Département a engagé une politique de contrôle du RSA afin de veiller à ce que le versement de l’allocation correspond bien aux réalités des situations déclarées. Il s’agit de s’assurer que l’allocation bénéficie à ceux qui en ont le plus besoin. Aujourd’hui, 10 contrôleurs réalisent des investigations aux fins de vérifier les situations des bénéficiaires. Chaque situation est évaluée dans sa globalité (situation familiale, perception de ressources, activité professionnelles) .19 % des situations contrôlées étaient irrégulières, pour un montant total d’indus et de non- dépenses liés aux suspensions de RSA de 2.1 M€.
Les allocataires dont les situations sont irrégulières, doivent rembourser les dettes relatives à la régularisation de leurs dossiers. Pour certains, des poursuites administratives, financières ou pénales sont engagées.


Quelques autres chiffres significatifs au 31 décembre 2016

  • 156 Millions d’euros d’investissement du CD67 en 2017 : une forte contribution à l’activité économique dans le Bas-Rhin ;
  • 17,2 Millions d’euros: montant des travaux générés par les subventions départementales au titre du logement ; 131 Millions depuis 2009 ;
  • ADIRA, agence de développement économique des 2 Départements alsaciens : 500 accompagnements d’entreprises créatrices d’emploi
  • Alsace Destination Tourisme - un acteur commun aux 22 départements alsaciens- : soutien à l’activité touristique qui génère 36 000 emplois en Alsace.
    • 3 200 : c’est le nombre des entreprises, associations et de collectivités qui coopèrent avec le Département pour l’insertion par l’emploi des allocataires du RSA et des jeunes.

 

Notez cet article

Nombre de votants : 2