Vous êtes ici:
  • Accueil
  • Solidarité
  • Pour la solidarité avec les personnes âgées et les personnes en situation de handicap
Publié le: 11/06/2018

Pour la solidarité avec les personnes âgées et les personnes en situation de handicap

Lancement_10ans_MDPH_4.jpg

Le contexte


L’année 2016 a initié un profond changement de la politique autonomie du Département, par trois aspects :

  • un changement démographique à anticiper,
  • deux lois fortes (loi d’Adaptation de la société au vieillissement et loi de modernisation du système de santé),
  • une réorganisation de la Maison de l’Autonomie qui est un service du Département, pour être plus efficace et plus humaine.

Une Maison de l’Autonomie (MDA) plus efficace et plus humaine



La MDA s’est restructurée, pour une organisation en conformité avec ses missions : accueil, information, recours, accompagnement, évaluation, instruction, paiement et contrôle. Les délais légaux de traitement sont respectés (2 mois pour les demandes des personnes âgées, et 4 mois pour les personnes en situation de handicap) malgré une forte augmentation de l’activité.
Le partenariat s’est renforcé : avec les représentants des usagers, avec les partenaires institutionnels (Agence Régionale de Santé –ARS-, Education nationale, Caisses de retraite, Caisse Primaire d’Assurance Maladie –CPAM-, collectivités territoriales…) et associatifs, les acteurs du champ économique.

Un accueil plus adapté

En 2016, l’accueil des usagers a été amélioré, dans le cadre du label S3A (accueil, adaptation, accessibilité). Les agents de la Maison de l’Autonomie ont été formés.

Une communication renforcée vers le public

Lancement_10ans_MDPH_3.jpg
En collaboration avec les associations de personnes en situation de handicap, les modèles de courriers ont été modifiés pour être plus simples et plus compréhensibles et pour faciliter les réponses.
Un programme de manifestations dans le cadre des 10 ans de la Maison Départementale des Personnes en situation de Handicap (MDPH) a permis, avec une vingtaine d’actions, de sensibiliser le grand public et d’informer les usagers : journées portes ouvertes, conférences d’études (autisme et scolarisation, schizophrénie, vie affective et sexuelle…).


De nouvelles réponses adaptées aux changements de la société

L’ensemble des dispositifs, structures et services est mobilisé afin de proposer une palette de réponses variées, adaptées et répondant aux besoins des usagers.

De nouvelles problématiques émergent, comme le vieillissement des personnes en situation de handicap.Des axes précis ont été définis :
  • Le développement de la politique autonomie en territoire, notamment pour améliorer l’accueil du public en territoire et mieux coordonner les réponses ;
  • Le développement d’une politique de prévention et d’une politique d’aide aux aidants via la Conférence des Financeurs qui a pour but de coordonner dans chaque Département les actions de prévention de la perte d’autonomie autour d’une stratégie commune.
  • Le développement de l’habitat accompagné, s’appuyant d’une part sur le bâti et d’autre part sur une réflexion pour l’accompagnement, avec une recherche de mutualisation des plans d’aide ou de compensation ;
  • Le développement de l’accueil familial ;
  • La modernisation des Services à domicile ;
  • Un meilleur suivi des orientations vers les établissements et services : le logiciel Via Trajectoire, pour lequel le Département est précurseur au niveau national, permet de suivre des orientations, d’assurer une fluidité des parcours. C’est un outil désormais facile d’accès et partagé.

 

Les actions pour les Personnes Âgées



L’année 2016 a été marquée par la mise en œuvre de la Loi d’adaptation de la Société au vieillissement (loi ASV), pour un meilleur accompagnement des personnes âgées : refonte de l’Allocation Personnalisée pour l’Autonomie (APA), coordination de la politique de prévention au niveau départemental par la Conférence des financeurs, un accompagnement plus individuel et plus global des besoins des personnes.
Les plans d’aide APA ont été revalorisés, en moyenne, pour mieux répondre aux besoins des personnes.

Les actions pour le logement et la qualité de vie des séniors et des personnes âgées


Les résidences séniors :

residence_senior_.jpg

La résidence d’Oberhoffen-sur-Moder

C’est un nouveau modèle de logement entre autonomie de chacun et accompagnement collectif, réalisé suite à un appel à projet lancé par le Département auprès des communes et des intercommunalités. Exemple, parmi d’autres, d’une nouvelle approche du logement des séniors.

C’est un beau et clair studio d’un peu plus de 35 m² : une grande pièce, avec sa cuisine à l’américaine, une vaste salle de bain avec douche à l’italienne, un balcon, qui donne sur la cour ouverte et arborée où sont installés quelques bancs pour la causette. Sur la galerie qui longe les appartements de l’aile d’en face, deux couples prennent des nouvelles l’un de l’autre. Bienvenue à la résidence Séniors d’Oberhoffen-sur- Moder. La résidence, réalisée par Opus 67 et gérée par l’ARSEA (Association régionale spécialisée d’action sociale et d’éducation), est une des réponses à l’appel à projets lancé par le Département en 2014 pour la réalisation de résidences Séniors d’un nouveau style, à loyer modéré, voire aidé sous conditions de ressources.
La résidence, ouverte fin 2015 début 2016, compte 24 logements agréés par le Département au titre de sa délégation de compétence des aides à la pierre, du studio au 3 pièces, dont la plupart sont déjà occupés. La moyenne d’âge est de 75 ans. Il y des personnes seules, des couples, une fratrie. Ils viennent d’Oberhoffen-sur-Moder, d’Ostwald, de Strasbourg et même de Toulouse. En plus de leur logement, ils apprécient l’enthousiasme et la disponibilité de Mathieu, présent à mi-temps et chargé de l’animation : il organise les pots d’accueil pour les nouveaux arrivants, des parties de cartes, des balades, des ateliers de bricolage ou de décoration, des réunions à thème…

Ici, on manie un savant dosage entre autonomie de chacun et accompagnement de tous. « Notre objectif, explique la responsable du site pour l’Arsea, c’est que les résidents se sentent bien chez eux et qu’ils s’intègrent dans la vie de la commune, s’inscrivent dans les associations. » Bientôt, le foyer intergénérationnel attenant à la résidence accueillera le restaurant des enfants du périscolaire : les résidents pourront y déjeuner avant d’imaginer des activités communes et inter générationnelles.
Des résidences comme celle-ci, il en existe déjà quatre autres à Ergersheim, Herbitzheim, Kintzheim et Monswiller. Une cinquième est en construction à Woerth (voir ci-dessous) et 40 autres en projet, dont 11 sur le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg. Le Département intervient à deux titres : il accompagne les acteurs du projet pour le montage opérationnel du projet immobilier et social et finance les projets au titre de sa politique de l’habitat.

La Résidence de Woerth : la domotique au service de nos ainés.

  • la résidence de Woerth proposera 19 appartements en septembre prochain ; ce projet est porté par la Communauté de communes Sauer-Pechelbronn ;  Elle sera gérée par l’ARSEA.
  • Le Département soutient ce projet via une subvention de 852 000 euros pour financer l’équipement de ces logements en domotique ; cette subvention s’ajoute aux financements habituels d’aide à la pierre : 332 000 euros.

Il y a aussi les résidences autonomie, l’accueil familial


D’autres modèles existent comme les résidences-autonomie : le résident dispose de son logement et bénéficie de la présence permanente d’une personne capable d’intervenir. D’autres innovent carrément : ainsi l’association 1 Foyer 2 Ages propose à des séniors et des étudiants des possibilités de colocation intergénérationnelle.
Le Département encourage également le dispositif d’accueil familial de séniors par des particuliers à leur domicile. L’accueillant reçoit un agrément individuel délivré pour 5 ans par le Président du Conseil Départemental, qui lui permet d’accueillir 1 à 3 personnes âgées. Le Département organise le contrôle des accueillants et de leurs remplaçants ainsi que le suivi social et médico-social des personnes accueillies. Fin 2016, 85 personnes, ont été accueillies par 57 familles d’accueil agréées.

Le Département du Bas Rhin reconnu comme collectivité européenne de référence du vieillissement actif

La candidature commune du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle au label européen du vieillissement actif et en bonne santé a été retenue. La Commission européenne a reconnu les 3 Départements comme collectivité de référence, coopérant ensemble pour améliorer la qualité de vie des séniors. Le Département du Bas-Rhin s’est ainsi engagé à travailler au développement d’un environnement global favorable aux séniors.
Innovation dans la prévention des chutes

Parallèlement, le Département soutient l’innovation territoriale, en accompagnant des porteurs de projets dans le domaine du développement de services. Sur le territoire nord a été retenu le projet d’une startup strasbourgeoise LOMDESS qui a proposé à destination des aidants un logiciel sur la prévention des chutes. Pour participer à la conception du logiciel, des partenaires et des usagers du territoire Nord ont été sollicités pour en tester l’ergonomie.

Les actions pour les Personnes en situation de handicap



L’année 2016  a été marquée par la mise en œuvre de la loi de Modernisation du système de santé. Elle met le projet de vie de l’usager au cœur de la démarche d’accompagnement, pour que chaque situation trouve une réponse adaptée.

Une place active dans la société pour chaque personne en situation de handicap

La place du projet de vie de chacun est plus que jamais au cœur des réponses, à partir des besoins exprimés et évalués.

Les situations individuelles complexes trouvent un accompagnement renforcé, notamment en travaillant mieux avec les partenaires.

Des axes précis ont été définis :
Journée Handisport
  • Assurer l’accessibilité, pour les personnes en situation de handicap, aux activités telles que la culture, le sport, le tourisme ;
  • Assurer, en lien avec L’Education nationale, des parcours de scolarisation fructueux et éviter les ruptures de ces parcours ;
  • Poursuivre la mise en œuvre, avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), du troisième plan autisme ;
  • Accompagner les situations de personnes en « Amendement CRETON » ;
  • Accompagner avec plus de spécificité et de partenariat les situations des jeunes en situation de handicap relevant de l’aide sociale à l’enfance ;
  • Mieux accompagner l’orientation et l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap.


Handicap : le Département est aussi concerné en tant qu’employeur (3 800 agents)

La loi impose aux employeurs publics l’emploi de 6% de personnes en situation de handicap.
Pour atteindre cet objectif et pour que ses agents en situation de handicap puissent remplir leurs fonctions dans de bonnes conditions, le Département a conclu en 2016 une convention triennale (2017-2019) avec le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique ; il s’engage à mettre en œuvre une série d’actions afin de recruter et de maintenir dans l’emploi des personnes en situation de handicap. Il a choisi de mettre l’accent sur les conditions de travail afin de répondre à des enjeux humains.
En contrepartie, le FIPHFP financera, en complément de la collectivité, une partie des actions engagées. Ce soutien financier, évalué pour la durée de la convention à plus de 750 000 euros, viendra compléter l’engagement en matière de politique de Ressources humaines RH, managérial et financier du Département dans les années à venir.  

Contenu du programme :

  • mener des actions de sensibilisation, formation, communication
  • aménager les postes lors des recrutements, de l’apparition/évolution d’un handicap ou d’inaptitudes
  • rembourser aux agents le coût des équipements individuels pour compenser le handicap
  • recourir à des interprètes en langue des signes
  • faciliter la reconversion des agents
  • accompagner les agents souffrant d’un handicap psychique
  • développer le recours à l’apprentissage
  • développer l’accueil de stagiaires et de services civiques en situation de handicap
  • pérenniser la situation professionnelle des travailleurs handicapés en contrats d’insertion

 
Quelques autres chiffres significatifs au 31 décembre 2016



  • Nombre de salariés (en Équivalents Temps Plein) travaillant dans les Établissements destinés aux Personnes Âgées et aux personnes en situation de handicap : 8 727
  • Nombre de personnes accompagnées depuis la création des MAIA (Dispositifs qui ont pour missions d’harmoniser l’action des professionnels des différents services concernés et de suivre les situations complexes chez les personnes âgées.) depuis leur ouverture : 355
  • Nombre de bénéficiaires de l’APA à domicile : 12 903
  • Montant des dépenses départementales pour l’APA à domicile : 45,1 Millions d’euros
  • Nombre de bénéficiaires de l’APA en établissement : 8 517
  • Nombre de bénéficiaires de l’aide sociale à l’hébergement personnes âgées : 1382
  •  Nombre de places en EPHAD : 9 195
  • Nombre de places en Unité de Long séjour : 626
  •  Nombre de places d’accueil de jour  pour personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer : 230
  • Nombre de personnes en situation de handicap bénéficiaires d’une prestation : 67 897 (+6 %/ 2015)
  • Nombre de bénéficiaires de la PCH : 3 424
  • Nombre d’établissement pour personnes en situation de handicap : 41
  • Nombre de places en établissements pour adultes en situation de handicap du ressort du Département : 2 901
  • Nombre de décisions rendues par la MDPH : 61 196
  • Délai moyen de traitement des demandes formulées par les Personnes en situation de handicap : 3,6 mois
  • 519 élèves et étudiants en situation de handicap bénéficient d’une prise en charge des transports entre leur domicile et l’établissement scolaire du service public d’enseignement. Cela représente une enveloppe financière d’environ 3 Millions d’euros.

Notez cet article

Nombre de votants : 138